Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 septembre 2015 5 25 /09 /septembre /2015 13:48
L'atelier

L'atelier

Le makila est le bâton de marche du Basque et non un bâton de berger, qui était généralement remis à l'adolescent pour marquer son entrée dans le monde adulte. Sa vocation défensive vient probablement du temps où les anciens Basques avaient un fort goût pour les lances, demi-piques et dards divers. Dans les temps plus récents et plus pacifiques, les Basques se dotèrent d'une canne robuste, pratique et bien équilibrée, mais aussi d'un compagnon de route, la pointe du makila étant alors disponible en cas de coup dur. Le makila est un objet usuel personnel dont la longueur doit être adaptée à la taille de la personne. Il peut aussi être offert en signe d'honneur. Un des plus anciens ateliers de fabrication, l'Atelier Ainciart Bergara, situé à Larressore, village du Pays Basque (Pyrennées Atlantiques), produit des makila depuis 8 générations, avant 1789, par tradition familiale et de manière artisanale. Ses artisans ont fait du makila un objet de plus en plus élaboré, pour finalement en faire aujourd'hui un véritable objet d'art. Cela a permis à l'un d'eux d'obtenir la reconnaissance de Meilleur Ouvrier de France, ainsi que de nombreux diplômes lors d'expositions internationales.

 

La famille Ainciart Bergara perpétue cette tradition depuis au moins sept générations. Ses savoir-faire ont été inscrits à l'inventaire des Métiers d'Art Rares de l'UNESCO

Nous avons eu la chance de rencontrer sur place

 Jeanne AINCIART  ainsi que Jean BERGARA

 

Le makhila ou makila est une partie de la maison basque. Il était le compagnon de marche de tout basque autrefois.
C'est sa grand-mère Marie-Jeanne Ainciart qui a transmis les savoir-faire à Jean Bergara dans les années 20. Le village de Larressore se trouvait sur un des chemins vers Compostelle et, on peut ajouter, sur la route des marchandises vers Pampelune entre le grand port de Bayonne et l'Espagne. Le makila était aussi à cette époque une arme pour se défendre contre les mauvaises rencontres, animaux sauvages ou autres.
Quand un makhila est commandé, la tige de néflier est choisie dans le stock de l'atelier en fonction de la morphologie du destinataire. Les diamètres du bois donnent les dimensions des pièces de métal à découper, qui sont ensuite mises en forme et enfin soudées par une brasure à l'argent. Ces pièces métalliques sont dénommées viroles et peuvent être en laiton, maillechort ou argent.
Nicole précise aussi comment sont faites les scarifications sur les tiges de néflier au printemps et comment elles sont coupées à l'automne puis passées au four pour faire éclater l'écorce et enfin embellies pendant de nombreuses années avant le montage des viroles.
Les makhilas de l'atelier sont tous signés Ainciart Bergara. Ils ne sont vendus qu'à l'atelier et sont personnalisés avec le nom et le prénom. Un petite phrase ou devise choisie par le client est gravée en Basque.

MAHKILA AINCIART BERGARA
MAHKILA AINCIART BERGARA
MAHKILA AINCIART BERGARA
MAHKILA AINCIART BERGARA
MAHKILA AINCIART BERGARA

Partager cet article

Repost 0
PASSIONNEMENT DENISE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : ON RESPIRE.....DANS LES VOSGES
  • ON RESPIRE.....DANS LES VOSGES
  • : BALADES PAYSAGES COLLECTIONS BRICOLAGES PEINTURES ACRYLIQUES CALLIGRAPHIE SPORT CUISINE ASTUCES TOUT A SAVOIR
  • Contact

Profil

  • PASSIONNEMENT DENISE

WHAT TIME IS IT PLEASE

Recherche

MA METEO

Météo Gemaingoutte